Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sea yoU

Sea yoU

Un bateau nommé DÉSIRS... Voyages, aventures, humeurs, voiles, récits et photos


CALA...CALA...CALA...CALA...

Publié par Fabienne et Dominique sur 6 Août 2015, 16:47pm

CALA...CALA...CALA...CALA...
CALA...CALA...CALA...CALA...

On ne peut pas faire les Baléares en bateau sans entendre parler en permanence de CALAS.
Les CALAS ici c'est comme les orties dans mon jardin, y-en a partout tout autour.
Il y a tellement de CALAS qu'il n'est guère aisé de retenir tous leurs noms, en tout cas, moi je n'y arrive pas.

"Tu viens de quelle CALA??"
"J'ai fais la CALA chose ou la CALA machin..."
"On peut mouiller facilement dans cette CALA?"
" oui elle est géniale... mais si tu as du vent du nord à l'Est tu ne peux pas y rester et si c'est de Sud à l'Ouest je te raconte pas la nuit sur un trampoline...."

Nous sommes donc partis de la CALA de Ciudadella après 3 jours et 3 nuits.
Le plus difficile dans toutes ces CALAS c'est bien sûr d'en choisir une. Une fois que l'on est à peu prêt décidé après moult consultations du "pilote côtier", (guide de référence des marins en goguette), des différentes cartes à notre disposition et de la météo, il faut voir une fois arrivé s'il y a de la place pour y mouiller.
Nous sommes donc arrivés à la CALA Santandria, trop proche de notre point de départ, et pas vraiment de place.
Cap sur la CALA Blanca.... Pas terrible pour y passer la nuit
Puis on voit une CALA pas vraiment indiquée sur les cartes, d'où 2 bateaux sont en train de partir..
On se dit que c'est super et on fonce... Arrivé à proximité, une vedette de la Guardia Civil, nous demande de dégager car il y a une bombe de 2ème guerre mondiale qu'ils vont faire exploser.
Nous avons frôlé la CALAstrophe, si notre ancre avait croché dessus....
Cap sur une autre CALA... Nous suivons pendant un moment un CALAmaran qui vogue vers le sud.
Les CALAS défilent sur notre bâbord comme des mannequins de chez Dior au mondial de la mode.
Et nous on fait les difficiles... Trop grande, trop petite, trop de monde, trop d'hôtels...
Puis nous arrivons à la CALA San Saura. Deux magnifiques plages sauvages, sans aucune construction, de l'eau turquoise et sur la gauche de la place pour SEA YOU ... Alors qu'à droite des embarcations de tous genres remplissaient l'espace.
Cela me rappelle, un voyage de routard avec mes potes, quand j'avais 18 ans. Nous étions à Istanbul et le moins cher des endroits pour dormir était le critère de choix. Nous avions trouvé un hôtel qui acceptait que l'on dorme sur son toit pour quelques francs... Quand nous sommes arrivés le toit était rempli de routards comme nous et on ne savait pas où poser notre sac. Puis nous avons repéré un emplacement superbe près de tuyaux qui sortaient du toit, il n'y avait personne. Nous avons posé nos sacs pour marquer notre territoire et sommes partis en visite de la ville. Nous sommes rentrés de nuit après avoir un peu fait la fête, et nous sommes installés confiant pour commencer notre nuit... C'est à peine allongés que des effluves abominables de fosse sceptique surchauffée par la chaleur du jour, sont venues nous chatouiller les narines. Impossible de dormir avec de telles odeurs autour de nous.
Et bien là se fut un peu pareil, mais à la place des odeurs, c'est une houle de sud qui arrivait droit sur nous, rendant le mouillage "rouleur" voir même chahuteur, une vraie CALAmité.
Heureusement la nuit suivante fut moins agitée.

CALA...CALA...CALA...CALA...
CALA...CALA...CALA...CALA...

Puis nous sommes passés devant la CALA Turqueta, la CALA Macarella, et nous sommes arrêtés à la CALA Santa Galdana. Très bel endroit si on oublie un peu l'hôtel en fond de baie et les voitures pédalos toboggan qui croisent entre les voiliers... Mais la mer est à  tout le monde et chacun a le droit de choisir son mode de locomotion.
Nous avons trouvé une petite bodega qui cuisinait notre plat préféré les CALAmars grillés et à la romaine.
Puis retour de nuit à la frontale dans notre petite annexe qui commence à prendre un peu l'eau.
Des éclairs magnifiques et parfois violents vinrent électriser la tension de cette nuit qui ne pouvait que s'achever en CALAsoutra.


Nous avons traversé le canal de MENORCA et sommes maintenant dans la baie de Pollensa à Mallorca.

 

Une pensée d'amour pour Jeannette ma tante, que l'on enterre aujourd'hui.

Bon vent
SEA YOU 

 

CALA...CALA...CALA...CALA...
CALA...CALA...CALA...CALA...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Enfin du wifi et je rattrape mon retard sur les aventures de sea you. Le récit sur la nuit avec la rencontre du las Vegas flottant m'a fait frissonner tel l'octobre rouge cherchant le contact avec les américains. Bref, tout va mieux pour vous maintenant et on rêve par procuration d'autant que notre périple sarde nous a nous aussi amenés à découvrir de magnifiques calas !
Un prochain but de voyage peut-être pour vous...
Baci a tutti
Répondre
F
Merci de nous suivre... Oui la Sardaigne est une destination qui nous intéresse pour une prochaine aventure...
Bizzz à vous tous
K
Bof...reportage cala..miteux!!!
Lol:) profitez+++
Amitiés
Guy et Raphaële
Répondre
R
Merci pour ce grand reportage... On a l'impression d'être à vos côtés.
Belles photos !!
Bisous
Répondre
R
Quelle plume ! On s'y croirait et calla'aventures ! Ici, eau turquoise, Caipi et Mojito mais il manque un peu de lumière pour irradier tout ça !! On vous rejoint en pensée
Répondre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents