Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sea yoU

Sea yoU

Un bateau nommé DÉSIRS... Voyages, aventures, humeurs, voiles, récits et photos


COVID - TAHITI - MOOREA

Publié par Fabienne et Dominique sur 2 Juillet 2020, 22:41pm

On surfe ensemble la vague de l'existence

On surfe ensemble la vague de l'existence

L’odeur subtile des fleurs, portée par la chaleur du lever de soleil, nous chatouille les narines de plus en plus intensément au fur et à mesure que nous nous rapprochons de la terre.

 

Tahiti sent la fleur. Un mélange de tiaré et de frangipanier qui tranche avec les fragrances salées de l’océan.

 

Fleur de Tiaré
Fleurs de Frangipanier

 

Nous entrons dans le port de Papeete en début de matinée vers les 8h de ce 15 mars 2020, en espérant trouver une place car nous n’avons pas réussi à avoir la capitainerie au téléphone, et elle ne répond pas non plus à la VHF.

 

Il y a un ponton en arc de cercle, désert, et nous nous y amarrons dans l’attente de parler à quelqu’un de la marina.

 

En fait ce ponton n’est pas relié à ceux où sont amarrés les bateaux et l’accès à la terre est fermé. Donc il faut bouger.

Nous voyons quelqu’un de l’autre côté et le hélons, pensant que c’est une personne de la capitainerie.

COVID - TAHITI - MOOREA

En fait pas du tout, c’est un australien « Peter » qui fait son petit tour entre les bateaux.

Il nous dit d’entrer, de nous mettre où l’on souhaite et nous aide en prenant nos amarres.

Il deviendra un de nos amis de confinement.

 

Peter qui se présente

 

Le bureau de la marina est complètement en dehors des pontons, à 10mn à pied du côté du quai des ferrys.

En fait les locaux sont en rénovation depuis septembre 2019, et n’ont toujours pas été réouverts depuis.

Donc il n’y a aucun service dans cette marina, pas de toilettes, de sanitaires, de buanderie, de wifi, de local poubelles....

 

En entrant dans le bureau de la capitainerie, nous reprenons tout de suite contact avec la réalité hystérique du Covid 19, qui nous était totalement étrangère.

 

«  restez où vous êtes, ne vous avancez pas, ne touchez à rien... » nous dit on sur un ton agressif visiblement chargé de peurs.

 

«  bonjour, on vient s’enregistrer » je réponds en m’avançant légèrement dans le bureau...

 

« Gardez vos distances »

 

«  ok, mais qu’est ce qui se passe, c’est si grave que cela pour vous »

 

«  oui, vous vous rendez pas compte, j’ai pas envie de mourir »

 

«  oh vous savez c’est surtout les médias et les réseaux sociaux qui amplifient le phénomène.. c’est une grosse grippe, rien de beaucoup plus » je lui réponds pour tenter de le rassurer.

 

«  ahh je le connais ce discours, non, c’est grave... je ne devrais pas être là.... »

 

Je vois que je suis sur un terrain très glissant et que ce gars n’est pas disposé à voir les choses autrement que sur le mode apocalypse... Il déposera d’ailleurs tous ses congés et en deux mois et demi nous ne le reverrons pas une seule fois.

Vue sur le port de Sea yoU la nuit
Vue sur le port de Sea yoU la nuit

Vue sur le port de Sea yoU la nuit

Le soir même nos très bons amis JP ( Jean Philippe) et Nat ( Nathalie), à peine fini leur randonnée nous rejoignent sur Sea yoU.

Comme nous avons péché un gros thon sur la route, nous pouvons les inviter à manger un bon steak après plusieurs tournées de T-punch.

 

 

Rendez-vous est pris le lendemain pour faire des courses au supermarché, il faut refaire un bon plein, surtout que l’on commence à parler de confinement. C’est encore abstrait comme notion, mais bon il faut toujours se méfier des décisions que peuvent prendre ceux que l’on a élus pour nous diriger.

 

Maui arrive demain soir, alors il faut s’activer sévèrement, pour changer la configuration de notre bateau pour l’adapter à la vie à 3 et même bientôt à 5, quand Mangaia et Naélia viendront, on l’espère encore, nous rejoindre.

 

Mais les évènements vont très vite, les frontières se ferment, les aéroports et les compagnies aériennes tentent de faire face à une situation inédite qui leur échappe.

 

Maui qui a réussi à prendre un vol in extremis fera un Londres, Los Angeles, Auckland, Papeete dans des conditions de stress éprouvantes. Il communique avec nous à chaque escale, pour nous informer qu’il n’est pas bloqué dans un aéroport.

COVID - TAHITI - MOOREA

Il arrivera exténué, physiquement et mentalement, dans une aérogare pratiquement déserte, où nous avons quand même réussi à trouver, à une dernière « mamie », deux colliers de fleurs, pour respecter la tradition d’accueil polynésien.

 

Par chance, il échappe au confinement dans un horrible lieu de résidence pour sportifs scolaires, et fera le sien sur le bateau.

 

Les compagnies annoncent maintenant les unes derrières les autres la suppression de leurs vols et il devient évident que la famille ne pourra pas se réunir en Polynésie comme cela était initialement prévu.

 

C’est donc un sentiment janusien qui s’implante dans nos cœurs, la joie d’avoir Maui avec nous et la tristesse de ne pas être aussi avec Mangaia et Naélia.

 

Chacun devra apprendre à vivre avec et lâcher prise sur ce que l’on ne peut pas changer.

 

Si la technologie de communication est en grande partie responsable de l’amplification de peurs déraisonnées que nous vivons, elle nous donne aussi la capacité de nous appeler et de nous voir sur des écrans comme si nous étions à côté.

Cela aide la tribu à rester en contact étroit avec ses membres à travers le monde.

 

COVID - TAHITI - MOOREA

Nous trouvons très rapidement un rythme de fonctionnement à 3.

 

Le matin après le petit déjeuner, nous nous consacrons aux activités d’entretien et petites réparation du bateau, mais aussi lessive et 2 fois par semaine ravitaillement au supermarché.

 

 

 

Maui, lui fait de la musique, ou des formations sur internet.

 

Puis c’est le repas.

 

 

Ensuite petit film ou série « game of thrones » pour Fab et moi, Maui à sa propre série.

 

Ensuite petit jeu, yam’s et Gym, surtout Maui et Fab.

 

 

Parfois Maui, en manque de lagon, se baigne dans le port, dont l’eau ne semble pas trop polluée puisqu’il y a des tortues qui viennent brouter les algues des pontons.

 

Douche, apéro dans le cockpit, repas, et enfin, jeux de cartes ou film selon le jour.

Les occupations de la journée
Les occupations de la journée
Les occupations de la journée
Les occupations de la journée
Les occupations de la journée
Les occupations de la journée

Les occupations de la journée

Maui rape le coco pour faire du lait

Maui rape le coco pour faire du lait

Un bruit court depuis ce matin.

Un «  il parait qu’ils vont interdire la vente d’alcool » fait tranquillement son jogging sur toute l’île.

 

Nous sommes assez incrédule sur ce qui parait, pour nous, être une hystérie supplémentaire.

Mais cette rumeur est arrivée aux oreilles de notre ami Peter l’australien.

Nous voyons passer dans l’après midi une dizaine de plaques de 6 packs de bière et 6 cartons de vins.

Nous observons la chose d’un air dubitatif, et le « fiu » des îles nous coupe un peu le courage de faire pareil, car on y croit pas vraiment à ce truc là.

 

Et à 19h alors que nous regardons le journal télévisé local comme tous les soirs pour nous informer des nouvelles polynésiennes, la terrible nouvelle tombe:

«  la vente d’alcool est interdite à partir de ce soir »

« Mais il est déjà ce soir!!!!. »

Impossible de faire des réserves.

 

 

La lueur d’un sentiment de désespoir se met à briller dans nos cerveaux habitués à ce rituel sacré du soir, au moment où le soleil disparaît derrière l’horizon, et que le ciel s’enflamme d’une multitude de nuances de rouges, l’Apéro.

 

On ne pourra jamais y arriver... le confinement OUI mais supprimer notre Apéro du soir, clairement NON.

 

On entreprend de faire un état des stocks pour voir jusqu’à quand on peut tenir...

Le constat est affreux, on ne dépassera pas les 8 jours de confinement et on sait bien qu’il y en aura au moins pour plusieurs semaines. Et pas question de faire des apéros au rince bouche, ou au sirop pour la toux pour gagner une semaine...

 

Nous nous confions plus tard à notre ami Peter, qui dans sa grande gentillesse nous propose de nous revendre une plaque de bière et une caisse de vins. Nous acceptons immédiatement.

 

Par la suite les filières s’organisent et la prohibition fait naître la contrebande.. Par des amis que nous ne citerons pas mais qui se reconnaîtront, nous arrivons à avoir un fût de 10l de rhum...

Les apéros du soir sont sauvés, et même on va pouvoir inviter des amis de ponton.

 

Fût moderne de rhum

 

Certain pourront penser que nous sombrons tranquillement vers un alcoolisme chronique, mais il n’en est rien... simplement l’apéro sur un bateau c’est sacré...

 

COVID - TAHITI - MOOREA

Il faut dire que dans la marina, c’est plutôt cool, et comme c’est un lieu considéré comme privé, personne ne vient nous contrôler ou nous surveiller.

 

Les bateaux du rallye « ARC monde » sont arrivés en masse après leur longue traversée du pacifique, et on sait tous qu’ils sont « clean » après 30 jours de mer. Ils forment une tribu qui est très active dans la marina.

Le matin, cours de gym, et rendez-vous VHF pour les nouvelles.

Le soir apéro ponton, ou jeux quiz sur la VHF ou les deux.

Ils créent un espace où chacun dépose les choses dont ils n’ont plus besoin, mais qui peuvent servir à d’autres.

 

Une chose me chagrine, les tarifs de la marina doivent passer en haute saison et augmenter de 60% au 1 er avril.

 

Alors j’ai trouvé une saine occupation, je pars en croisade pour le maintien des tarifs basse saison.

Je fais un beau courrier pour expliquer que nous sommes obligés de rester dans cette marina contre notre volonté, que c’est dur pour tout le monde etc etc...

J’envoie ce courrier au responsable du port autonome, au haut commissaire de la république, et même au Président du territoire..

Et c’est accepté.... il faut dire que j’ai un peu sous entendu de mettre la presse au courant et que ce n’est pas le moment de faire des vagues.

 

Le tarif est accordé tant que l’on est  en confinement... celui-ci est reconduit tous les 15 jours et cela pendant 2 mois.

(Une fois le confinement terminé, j’ai de nouveau demandé le maintien de ce tarif, pour défaut de services aux bateaux. A cause de leurs travaux en cours, on a aucun service normalement accessible ( sanitaire, wifi, local poubelles...).

Cette fois ci j’ai franchement affirmé qu’ils sont en infraction par rapport au code de la consommation et bingo, le tarif est maintenu jusqu’en octobre, ce qui fait le bonheur de tous les plaisanciers.

COVID - TAHITI - MOOREA

Donc notre petite vie, bien rythmée se déroule tranquillement, sereinement et dans la bonne humeur.

Maui, très doué en cuisine, nous fait goûter quelques unes de ses spécialités culinaires, et Fab aussi. Ce n’est pas un combat des chefs, mais plutôt une fructueuse coopération pour le plus grand plaisir de nos papilles.

 

Ce confinement est donc pour finir plutôt un agréable moment.

 

 

Le nombre de cas ne dépasse pas les 60, le nombre d’hospitalisés 4 et pas de mort.

COVID - TAHITI - MOOREA
COVID - TAHITI - MOOREA
COVID - TAHITI - MOOREA
COVID - TAHITI - MOOREA

JP emmène Maui faire une randonnée en montagne au dessus de chez eux au Pic Vert afin qu’il voit autre chose que la marina.

 

Puis nous en faisons une tous ensemble, avec un picnic car la situation reste stable, nous arrivons en période de pré-déconfinement et la tolérance aux déplacements s’intensifie.

COVID - TAHITI - MOOREACOVID - TAHITI - MOOREA
COVID - TAHITI - MOOREA
COVID - TAHITI - MOOREACOVID - TAHITI - MOOREA

Maui reprend l’avion vers la France le 27 avril deux jours avant le déconfinement...

Il a pu transférer son vol Air New Zealand sur un vol ATN de continuité territoriale, qui a lieu tous les 10 jours.

De la Polynésie, en 6 semaines, il n’a vu que le port, une ville sans vie, et le pic vert.

 

Il nous faut maintenant retrouver un nouvel équilibre et un nouveau rythme à deux.

Le déconfinement total intervient le 29 avril, il est donc plus facile de changer notre quotidien en reprenant des activités ordinaires comme entreprendre des travaux et faire des courses.

COVID - TAHITI - MOOREACOVID - TAHITI - MOOREA

Tout au long de ce mois de mai nous préparons Sea You, pour un nouveau départ.

Le pays s’ouvre à nouveau sur lui-même et la navigation inter îles reprend progressivement.

Par contre on a aucune visibilité sur la suite de notre Tour du Monde, les frontières demeurant fermées pour tous les pays du pacifique.

 

Mais nous faisons aussi du tourisme avec nos amis Jp et Nat sur l’île de Tahiti.

Ils nous emmènent faire le tour de l’île. Nous pouvons ainsi nous rendre compte des changements intervenus depuis notre dernier passage il y a 23 ans.

 

Teahupoo Le spot de surf connu mondialement

 

On peut dire que si Papeete et sa grande banlieue ont connu pas mal de transformations. Par contre, après Paea sur la côte ouest et le trou du souffleur sur la côte Est, le décor et l’ambiance n’ont pas beaucoup changé. C’est toujours la polynésie que l’on a connue.

 

 

Tous les week-ends nos amis essaient de nous trouver des activités intéressantes pour nous faire découvrir des facettes de cette île que nous ne connaissons pas, car nous étions essentiellement tournés vers la mer lors de nos différents séjours.

 

Nous refaisons une magnifique et sportive randonnée pique-nique sur les hauteurs du pic vert jusqu’à un réservoir situé au bout d’une crête qui surplombe 2 vallées verdoyantes.

 

Puis nous allons à la découverte de la grandiose vallée de la Papenoo en 4x4 et nous baignons dans l’eau douce et fraîche de la rivière.

Rando picnic au PicVert
Rando picnic au PicVert
Rando picnic au PicVert
Rando picnic au PicVert

Rando picnic au PicVert

Expédition dans la vallée de la Papenoo
Expédition dans la vallée de la Papenoo
Expédition dans la vallée de la Papenoo
Expédition dans la vallée de la Papenoo
Expédition dans la vallée de la Papenoo

Expédition dans la vallée de la Papenoo

D’autres amis, Vainui et sa fille Vaea, nous invitent à Moorea dans leur « fare » familial au bord de l’eau pour un week-end des plus sympathiques.

Puis pour une soirée souvenir avec Valérie et son fils Tanguy qui habitaient dans le même chemin que nous à Paea.

Chez Vainui à MooreaChez Vainui à Moorea
Chez Vainui à MooreaChez Vainui à Moorea

Chez Vainui à Moorea

Retrouvaille avec des amis du chemin de Paea

Retrouvaille avec des amis du chemin de Paea

Nous retrouvons aussi Xavier et Nicole de vieux amis de notre premier séjour avec qui nous passerons une très bonne soirée.

 

Xavier et Nicole

 

 

D’autres encore ne donneront pas signe de vie, alors qu’ils savent que nous sommes là.

Attendaient ils que nous nous invitions, ce n’est pas notre style.

Mais peut être que nous avions tout simplement légèrement surestimé l’amitié qui nous liait.

Dommage car je ne pense pas que l’on revienne de si tôt.

 

Mais à la marina nous nous faisons de nouveaux amis, comme Renaud notre voisin d’en face qui avait une société de tourisme originale sur Moorea, mais arrêtée pour cause de covid, Charlotte et Sébastien, infirmière et médecin urgentiste, puis Didier et Patricia, en tour du monde également mais avec un arrêt de 3 ans en Polynésie.

Vous comprenez mieux maintenant pourquoi les apéros revêtent un caractère vital et sacré sur un bateau.

COVID - TAHITI - MOOREA

Depuis une semaine la navigation entre les îles est de nouveau autorisée. Il est temps de quitter cette marina où nous serons restés 2 mois et demi.

L’envie de naviguer et de poursuivre l’aventure est forte et non altérée par la pandémie.

 

Nous allons attendre que les frontières s’ouvrent en parcourant les « îles sous le vent » où nous avons des amis sur chacune d’elle.

 

Mais pour commencer cap sur la deuxième île des « îles du vent » Moorea, voisine de Tahiti.

 

Jp et Nat pour respecter la tradition nous passent des colliers de coquillages, symbole du désir de se revoir un jour et nous quittons le ponton de la marina Papeete le 4 juin vers 10h.

Sea yoU quitte enfin la marina après 10 semaines
Sea yoU quitte enfin la marina après 10 semaines

Sea yoU quitte enfin la marina après 10 semaines

Pour une reprise, c’est une reprise...

Les prévisions météo dont on ne se méfie jamais assez sont largement sous estimées.

Je pensais même que nous n’aurions pas de vent.

C’est d’ailleurs les conditions que nous avons en quittant la passe de Papeete.

 

Mais en progressant dans le chenal, je vois un peu plus loin que la mer s’agite de façon épileptique.

Le temps de dire à Fab, je crois que l’on va avoir pas mal de vent et celui-ci nous tombe dessus comme la vérole sur le bas clergé. ( expression de l’ancien régime qui m’a toujours amusé)

 

En plus des rafales à 25/30 nds, une forte houle de travers nous agresse et on pourrait croire qu’elle veut nous chavirer la bougresse.

Mais Sea yoU qui n’a pas navigué depuis longtemps ne se laisse pas faire et progresse à vive allure vers sa destination.

COVID - TAHITI - MOOREA
COVID - TAHITI - MOOREA

Nous arrivons dans la mythique baie de Cook

En entrant dans cette incroyable baie profonde et large, où la végétation luxuriante s’exhibe dans une infinité de nuances de vert, l’esprit vagabonde dans l’histoire de ce héros des mers du sud.

 

J’imagine le HMS Resolution en 1777 mouillé là par 15 mètres de fond. Le capitaine Cook est à l’avant, songeur, il contemple la beauté de ces paysages tropicaux que personne ne connaît dans sa bonne ville de Londres qui lui manque parfois. ( il ne sait pas encore qu’il ne la reverra jamais, tué 2 ans plus tard par des indigènes de Hawaï).

 

Les marins qui grouillent sur le pont, cherche l’endroit où ils pourront saluer les vahinés vêtues d'air et d'espace qui arrivent avec leurs pirogues chargées de fruits et de fleurs, prêtent à échanger une babiole contre un baiser... je suis parti dans le film de mes pensées.

 

Aquarelle: Eternelle Vahine

 

Stop... on rembobine... Cook n’est jamais allé dans cette baie qui porte son nom, mais dans celle d’à coté, la baie d’Opunohu. Pourquoi avoir appelé la baie où il n’est pas allé la baie de Cook un mystère de l’histoire à éclaircir.

 

Cook dans la Baie d'Opunohu

 

Sea yoU pratiquement au même endroit

 

Mais bon cela ne change pas grand chose, les 2 baies sont toutes les deux aussi envoûtantes que majestueuses.

 

Donc, nous restons 2 nuits dans la première, celle où Cook n’est pas allé... mais où Philippe Poupon mouillait à coté de nous.

Puis nous partons 3 jours dans celle où Cook est allé, mais pas Poupon, mais qui ne porte pas son nom, à Cook pas à Poupon... vous suivez j’espère...

 

Le Rotui qui sépare les 2 vallées. A droite Cook à gauche Opunohu

 

Nous retrouvons notre ami Renaud rencontré à la marina de Papeete, qui vit là sur son bateau en face de la plage  de Ta’ahiamanu, à l’Est de l’entrée de la baie.

 

Nous partons à la rencontre des raies et requins en annexe dans un endroit où on peut les approcher facilement car les bateaux de touristes viennent les nourrir.

On aime pas beaucoup le principe, mais bon, c’est vrai qu’il y a peu d’endroit où l’on peut se baigner ainsi au milieu des raies pastenagues et les caresser.

 

 

Nous songeons déjà à reprendre la mer à destination de Huahine.

 

BON VENT à TOUS

et

SEA YOU SOON

Gravure traditionnelle

Gravure traditionnelle

BONUS PHOTOS

Street art a Papeete
Street art a Papeete
Street art a Papeete
Street art a Papeete
Street art a Papeete

Street art a Papeete

La montagne percée de Moorea

La montagne percée de Moorea

Quand on la retourne on voit une tête d'indien

Quand on la retourne on voit une tête d'indien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Shana 15/07/2020 14:26

J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et un blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers (lien sur pseudo) A bientôt.

Fabienne et Dominique 18/07/2020 19:48

Merci pour votre visite sur notre blog et votre commentaire. J’irais visiter le votre c’est certain. Bonne journée

Fred 07/07/2020 15:05

Personne n'aurait imaginé une seule seconde le déroulement de cette escale à Tahiti ! C'est bien dommage pour la tribu Bar qui devait se faire une fête de se retrouver en ce lieu mythique. Merci d'avoir pris le clavier pour nous conter ces moments très particuliers... Encore des aventures pas communes pour vos futures mémoires ! Maintenant vous avez retrouvé le mythe polynésien dans d'autres îles hautes. J'espère que vous y trouverez votre conte (!) même si Bora Bora vous a un peu déçu... On vous embrasse.

Fabienne et Dominique 10/07/2020 19:49

C’est vrai que même début mars on ne se doutait pas du déroulement des mois qui ont suivis. Oui on retrouve la Polynésie qu’on aime maintenant, et surtout Huahine même si les épisodes de Maramu se succèdent avec beaucoup de pluie pour la saison.
Mais bon ce n’est pas grave, on attend sereinement la poursuite de notre périple.

Jean-Philippe 06/07/2020 22:17

En espérant que vous conserverez, malgré la folid-19 qui s'est emparée du monde, un bon souvenir de cette escale pour le moins surréaliste à Tahiti, sur les traces d'un glorieux passé... Même le Trouv’tou s'en souvient !
Depuis, après cette longue halte forcée, vous avez enfin retrouvé la vraie Polynésie, celle des îles, de Huahine à Raiatea, de Tahaa à Bora Bora, à la (re)découverte de ces émotions, toujours intactes aujourd’hui, d’un Julien Viaud, juvénilement hébété, ou d’un Koke volcanique, enivré du parfum suave de ces odeurs nulle part ailleurs semblables...
Alors, pour satisfaire à la tradition des marins, bon vent à vous deux, et à bientôt sous d’autres cieux !

Fabienne et Dominique 10/07/2020 19:36

Encore Merci JP et bien sûr Nat pour votre super accueil et votre disponibilité... je sais tu vas répondre que c’est normal et que vous n’avez fait qu’être nos amis... et bien on est heureux d’avoir des amis comme vous... à bientôt quelque part sur la terre.

peigné sylvana et jean 06/07/2020 15:35

Merci pour ce récit de votre confinement si particulier.
Nous avons passé de nombreuses années en Polynésie Française et habité à Raiatea. Notre bateau s'appelait Najélys.
Bon vent pour la suite dans les îles sous le vent.
Sylvana et Jean

Fabienne et Dominique 06/07/2020 19:33

Merci pour votre petit mot, nous nous baladons actuellement entre Huahine Raiatea/Tahaa et Bora, en attendant une ouverture vers Fiji. Nous avons des amis sur Raiatea,... vous verrez cela dans notre prochain post... bon vent à vous..

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents