Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sea yoU

Sea yoU

Un bateau nommé DÉSIRS... Voyages, aventures, humeurs, voiles, récits et photos


16 ON 2016... C'est parti...

Publié par Fabienne et Dominique sur 5 Juin 2016, 18:13pm

16 ON 2016... C'est parti...

Nous voilà de retour sur "SEA YOU", après un mois de bûcheronnage, de tontes, et de fêtes d'anniversaire presque tous les WE.

La priorité en arrivant est de remplacer le parc de batteries car celles ci n'étaient plus fiables. 4 mastodontes de 33 kg chacune qu'il faut mettre en place dans des endroits pas toujours évidents.
C'est justement l'exercice que mon ostéopathe m'a recommandé pour compléter les bienfaits de ses manipulations sur mes vertèbres et mon bassin.
Il faut donc rivaliser d'ingéniosité pour limiter les efforts et ne pas voir cet investissement de 75 € les 30mn fondre comme une action EDF.
Un palan judicieusement posé sur le portique puis sur la bôme permet de monter à bord et de descendre dans la cale les blocs de plomb et d'acide qui alimentent "Sea you" en énergie électrique. Et il est vorace le bougre!!!
En navigation de jour, nos nouveaux panneaux solaires sont très efficaces et compensent tout ce que nous consommons s' il y a au moins un peu de soleil. Mais la nuit pour alimenter, le pilote automatique, les instruments de navigation, le frigo, l'AIS, la VHF et éventuellement le radar, pendant au moins 12 h, sans décharger les batteries à moins de 50% pour ne pas abréger leur vie, il faut du stock d'ampères... Nous avons donc 345amp. en service avec des batteries AGM qui peuvent descendre en cas de besoin à 80% de décharge sans altération de celles-ci.

C'était l'instant technique... Nous reprenons la suite des aventures de "SEA YOU".

Inspection de l'hélice et de la coque avant le départ.

Inspection de l'hélice et de la coque avant le départ.

Il ne reste plus qu'à attendre qu'Eole nous soit favorable pour entreprendre la première étape du voyage.
Lundi 30 mai le vent est dans la bonne direction. Nous appareillons à 6 heures du matin et mettons le cap à l'Est vers Marseille. Le vent souffle fort 20, 25 noeuds, mais il nous entraîne à belle allure, nous poussons donc jusqu'au port de La Ciotat.
A 18h30 plus personne ne répond à la capitainerie, alors nous nous installons où il y a de la place.

16 ON 2016... C'est parti...
16 ON 2016... C'est parti...
16 ON 2016... C'est parti...

Nous n'avons pas encore fini de ranger le bateau, que déjà nos voisins de ponton Michel et Hélène nous invitent à boire une bière sur leur bateau, un vieux Wauquiez de 77.

Elle est pas belle la vie??
Une des belles rencontres que nous avons faite à La Ciotat. 
Quand on voyage, pas seulement en bateau, le cœur et l'esprit s'ouvrent plus que d'ordinaire, et c'est tout naturellement que les rencontres se font pour embellir la route. 
Le patron du restaurant BENE sur les quais, qui décore sa salle avec ses souvenirs, ses humeurs, ses coups de gueule, sa philosophie..., l'éducateur qui met toute son énergie pour faire une expo des œuvres des déficients mentaux dont il s'occupe... Le couple hors d'âge de gardien du musée qui rayonne de gentillesse... L'ancien, du célèbre chantier naval où tant de bateaux furent construits et mis à l'eau dans le port, qui raconte son histoire avec passion...
Ces gens existent partout, ils sont sur notre chemin, et il ne dépend que de nous de les laisser apparaître en nous ouvrant, ou de les ignorer en nous fermant, mais cela serait vraiment dommage.

Pour la petite histoire, quand nous sommes partis à l'aventure en sac à dos en 1983 pour vivre à Tahiti, nous avions envoyé une malle par bateau. Celle-ci est arrivée sur le cargo "Gauguin" de la CGM. Au musée nous avons vu la magnifique maquette de ce bateau fabriqué ici même et qui reliait chaque mois la Polynésie.

16 ON 2016... C'est parti...
16 ON 2016... C'est parti...
16 ON 2016... C'est parti...

Nous avons attendu quelques jours que le mistral se calme un peu, et jeudi nous décidons de nous avancer jusqu'à Porquerolles en dépit d'un coup de vent annoncé, dans le milieu de l'après midi.
Les fichiers météo annoncent des vents de 25 nds, la mer sera agitée, mais "SEA YOU" est capable... ( comme on dit au Québec)
Les premières heures sont assez tranquilles avec une douzaine de nds, nous laissant penser que la météo s'est un peu plantée et a surévalué la force du vent.
Le vent monte tranquillement jusqu'à 25nds en soulevant une grosse mer de l'arrière.

Soudain, une voix désorientée, angoissée, jaillit de la VHF...

"SOS, SOS, le capitaine vient de tomber dans l'eau... Je ne sais pas quoi faire... Je peux pas arrêter le bateau..."

Cet appel de détresse nous chamboule subitement. Ou cela se passe-t-il? Est-ce que l'on peut se rendre sur place, faire quelque chose pour aider..

" Madame, dans quel secteur, vous trouvez-vous" répond la personne d'astreinte au Cross Med ( service de secours en Méditerranée.)
" les voiles claquent, je sais pas naviguer... On était près du cap bénat en direction de Bornes les mimosa . Il est tombé à l'eau..."

Je sais alors que je ne peux rien faire, car je n'y serais pas avant 3 heures.
Un horrible sentiment d'impuissance nous envahit.

" est-ce que vous avez lancé une bouée?"
" non ça va trop vite, je tiens la barre..."

La voix de cette pauvre femme submergée par la panique glace le sang de Fab jusqu'à la moëlle de ses os.

Les communications continuent...
Des bateaux dans le secteur se rendent sur place, mais la localisation de la chute n'est pas précise... Le Cross Med fait appel à deux hélicoptères, qui se rendent sur place mais ils n'arrivent pas à avoir plus d'indication de cette dame qui se débat avec ce Dufour 34 qu'elle ne maitrise pas.
La mer est forte, l'eau est encore très froide, et cela fait maintenant 1h30 que l'homme est tombé à l'eau en survêtement, sans gilet...
Les hélicos entreprennent une recherche quadrillée en suivant les directives du Cross Med.

" on vient de retrouver l'homme" dit un des pilotes des hélicoptères.
" on le récupère et on l'emmène"
Fab et moi sommes très heureux d'entendre ces paroles, mais je suis surpris qu'ils ne disent rien sur son état.
Nous apprendrons 2 jours plus tard sa mort.

C'est pourquoi sur "SEA YOU", nous portons systématiquement des gilets et harnais reliés à des lignes de vie. De plus, on fait des exercices de récupération, et des rappels de consignes des choses à faire pour telle ou telle situation.
On met tout en œuvre pour minimiser les risques.
Mais un tel événement ravive forcément le pire cauchemar du marin, celui de perdre un équipier en mer...

Quand nous arrivons dans la passe entre la presqu'île de Giens et Porquerolles, le vent monte encore et souffle maintenant en rafales à 35 nds.
Je vois en passant que le mouillage de la plage d'argent est déjà rempli de voiliers, alors nous décidons d'aller directement au mouillage dont nous avait parlé un ami de ponton Philippe, celui de la Badine. Une plage située à l'Est de la presqu'île. L'endroit est vaste, dégagé, et il y a déjà une dizaine de voiliers venus s'abriter. Le vent y souffle fort, mais la mer est calme, protégée par la terre.
Nous jetons l'ancre par 8m de fond avec 50 m de chaîne pour assurer une bonne tenue.
Nous n'avons navigué que 4 heures, mais nous sommes vidés.
Le vent comme prévu s'arrête dans la nuit, et c'est un silence apaisant qui remplace les hurlements de l'air coupé par les haubans.
 

16 ON 2016... C'est parti...16 ON 2016... C'est parti...
16 ON 2016... C'est parti...

Nous avons prévu de traverser ce vendredi vers midi en direction de la Corse. Nous avons donc tout notre temps pour profiter de cette première belle matinée où nous pouvons enfin prendre le breakfast dans le cockpit.

Il ne faut pas rater ce jour pour partir. La veille c'était l'enfer dont j'ai parlé plus haut, et samedi il n'y a plus de vent, ce qui veut dire moteur.
Mes fichiers de "weather 4D" m'annoncent un vent d'une quinzaine de nds de travers sur une mer calme, l'idéal.... Et c'est exactement ce que nous avons.. Un vrai régal.
Nous marchons entre 6 et 8,5 nds sur une mer presque plate pendant 20h pour avaler les miles qui nous séparent de l'île de beauté.

Et comme "c'est dans l'air", c'est à Calvi que nous atterrissons.

À suivre.....

Bon vent à tous
"SEA YOU"

 

16 ON 2016... C'est parti...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
VOUS VOILA REPARTIS LE COMMENTAIRE DONNE LE FRISSON
SURTOUT PRENEZ SOIN DE VOUS ATTENTION AU DOS
ON VOUS EMBRASSE A BIENTOT
Répondre
F
Merci d'être aussi fidèle à nos aventures... Le dos n'est pas encore au top mais j'arrive quand même à m'en servir, et Fab me fait des massages qui m'aident beaucoup.
Bizz à tous les deux

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents