Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sea yoU

Sea yoU

Un bateau nommé DÉSIRS... Voyages, aventures, humeurs, voiles, récits et photos


MENORCA

Publié par Fabienne et Dominique sur 26 Juillet 2015, 16:38pm

SEA YOU au mouillage de Fornells

SEA YOU au mouillage de Fornells

Nous sommes le samedi 18 juillet de l'an 2015, les préparatifs vont bon train, sur le ponton I 91.
Dans quelques heures c'est le départ pour Minorque, l'île de l'archipel des Baléares la plus au nord.
"Combien on prend d'eau à boire?" Interroge Fab.
" au moins 2 litres par jour par personne" lui répondis je.
" alors on en a pas assez, j'ai du acheter une trentaine de litres!!!"
"On va devoir retourner faire des courses...."


"Et ce soir on mange avant de partir ou en mer?" Lui demandais je
"On partira juste après manger.." Répondit Fab
"Ok capitaine"


Nous avons appareillé vers 21h19, juste avant que le soleil ne se couche. L'air était chaud et humide et une légère brume de chaleur se devinait au loin. Rien à voir avec le fog britannique épais et gras comme une tartine de saindoux, non, là c'était plutôt un voile léger qui recouvre le corps de la mer et laisse apparaître voluptueusement ce qui se cache dessous.


En moins d'une heure, la nuit est tombée. Une nuit noire et profonde comme l'Afrique.
J'avais prévenu Fab quelques jours auparavant:
"Tu sais, la nuit sera très intense car nous partons au moment où la lune a totalement disparu"
" ok, on verra bien..." Répondit-elle sereine
Les étoiles du ciel que l'on voyait merveilleusement bien, essayaient bien de nous envoyer quelques lumens, mais en vain. La mer ne reflétait rien d'autre que nos feux de navigation, vert à tribord, rouge à bâbord, blanc à l'arrière.


Pour Fab, c'était une nouvelle grande première. Une navigation de près de 210 miles nautiques avec deux nuits en mer.


Comme bien souvent, dans la journée où l'on est en capacité maximum de repérer les autres bateaux qui circulent, on ne voit personne. Mais la nuit, il y a toujours des lumières qui apparaissent à l'horizon.
Il faut donc les surveiller de près, afin de voir si on est dans une trajectoire de collision. Heureusement que nous avons à bord de SEA YOU un transpondeur AIS qui nous permet de voir le cap du bateau, les infos le concernant, mais aussi d'être vu par lui. C'est comme cela que nous avons pu savoir que nous croisions des cargos de toutes nationalités, des pétroliers, mais aussi des paquebots.


Fab avait terminé son quart, et dormait dans le carré du bateau transformé pour l'occasion en un immense grand lit.
Moi je suivais depuis 1 heure des lumières qui au fur et à mesure qu'elles se rapprochaient, devenaient de plus en plus inquiétantes et surréalistes. Je savais que c'était un paquebot qui coupait ma route. Sur l'écran je voyais qu'il donnait tantôt sur bâbord, tantôt sur tribord...
Impossible de savoir s'il voulait passer devant ou derrière moi.


Le "Norwaygen", c'était le nom de ce bateau qui entra bientôt dans ma zone d'alerte des 5 miles.... Il fallait prendre une décision. Comme nous étions sous voile, en théorie nous étions prioritaires, mais devant des monstres de métal lancés à plus de 15 nœuds, personne de raisonnable ne tente l'aventure du "c'est à moi de passer".
Pour donner un peu de netteté à cette situation franchement floue, je me saisis de la VHF pour lancer un appel sur le 16.
"Norwaygen, Norwaygen from SEA YOU SEA YOU do you read me, over"
La voix du chef de quart se fit entendre dans le cockpit de notre bateau
" station calling Norwaygen... Who are you, over?"
" sailing boat SEA YOU, I am just in front of you, what are your intentions, over..."
Puis il me demanda de passer sur le canal 68 pour dégager le 16. Cet homme à la voix assurée me dit qu'il gardait son cap et sa vitesse et que je devais me dérouter pour passer derrière lui. Je le fis répéter pour être certain d'avoir bien compris.
Nous avons donc pris un cap opposé au sien pour le croiser parallèlement. Au fur et à mesure qu'il se rapprochait les lumières étaient de plus en plus intenses et fantasmagoriques... Quand il arriva sur notre flan, ce bateau ressemblait à un casino de Las Vegas capturé dans un vortex spatio-temporel et balancé là en pleine Méditerranée.

Des lumières brillaient de partout. Elles brillaient et clignotaient comme un flipper.

Puis nous avons traversé d'incroyablement longs bancs de méduses. C'est en regardant le sillage du bateau éclairé par notre feu arrière que j'ai réalisé que ce que je prenais pour de l'écume était en faite des méduses de toutes les tailles. Cela dura plusieurs heures, et comme nous avions du mettre le moteur faute de vent, je craignais que l'une d'entre elles ne soit aspirée dans le circuit de refroidissement.


Après ces spectacles hors du commun, la vie à bord reprit doucement son cour en attendant les premiers rayons du soleil qui nous feraient sortir de l'ombre vers la lumière.
Ce sont des dauphins qui ont continué d'agrémenter cette traversée au petit matin, en venant jouer avec l'étrave de SEA YOU. Un grand classique dont on ne se lasse jamais et qui fait toujours chaud au cœur.

MENORCA
MENORCAMENORCA

Après 35 heures de mer, comme un matelot perché au mât de la Bounty qui aperçoit une île du pacifique, nous avons crié.. "TERRE...."


Au loin une silhouette sombre se dessinait sur l'horizon.


Quelques heures plus tard, les 210 miles nautiques étaient parcourus, et l'île de Minorque, un joyau ciselé par le temps et les vagues s'offrait à nos yeux avides de découverte. 


Des dizaines de "cala"  ( équivalentes aux calanques marseillaises) sont disséminées tout autour de l'île comme des perles sur un collier.


Un ami du ponton I, Christian, nous avait conseillé de mouiller à la Cala Pregonda. Nous sommes donc arrivés juste dessus. Malheureusement aux Baléares, aussi c'est la saison chaude et nous n'avons même pas pu entrer dans ce qui était annoncé comme la plus belle des calas, tant il y avait de bateau.


C'est donc le plan B qui fut choisit et nous avons mis le cap sur la baie de Fornells.
Un choix excellent, car la baie est immense et nous avons pu trouver un mouillage superbe.


Le village est entièrement composé de maisons blanches très bien entretenues avec un charme légèrement grec. Le port de pêche bordé de palmiers, de restaurants, et terrasses.... est magnifique.
 
Nous avons donc décidé de passer quelque jours ici, car nous ne sommes pas pressés et nous pouvons nous reposer tranquillement. 
L'eau est au moins à 29° donc assez chaude pour ne pas avoir de choc thermique en sautant du bateau. Mais quand même assez fraîche pour avoir l'impression d'être rafraîchi de l'air qui oscille entre 30 et 35°.
Donc le matin au réveil, c'est natation autour du bateau, un aller retour équivaut à une longueur de bassin de 25m, . Puis le petit déjeuner pour sécher. Vers 12 h on va en annexe au port pour faire quelques courses, trouver du Wifi et prendre la météo... Puis rebaignade et on mange à bord. Le soir on retourne au village pour flâner et prendre l'apéro.
Mercredi, nous avons même mangé sur une terrasse sublime qui forme le toit de la bâtisse et domine le port. Poulpes et calamars ont enchanté nos papilles mais aussi un gâteau à la mousse de coco et mangue et un sorbet aux agrumes et à la carotte.
Comme vous le voyez la vie est très dure ici....


Nous partons dimanche matin pour le port de Ciutadella, où nous avons réservé 3 nuits. Une autre ambiance, un autre lieu, d'autres gens... on vous racontera cela dans un prochain article...
Bon vent
SEA YOU 

 

MENORCAMENORCAMENORCA
MENORCAMENORCA
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Ah, ces paquebots de croisière! ..... j'en ai croisé qui passent la nuit à la dérive, sans cap précis, à petite vitesse, pour faire dormir les clients et ne pas payer de port. ... sans ais, un peu stressant! ...
Beau récit bien écrit.
Répondre
C
Fornells nous rappelle à nous aussi pas mal de souvenirs, des bons parce que c'est un chouette endroit mais aussi des plus intenses ... Des mers fortes non loin, des orages, des 40 nœuds de vent, et une barge qui se décroche une nuit emportant des bateaux sur son passage ....
On vous souhaite du calme et du beau temps .
Bises de Tiara !
Répondre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents